Pour enrichir un patrimoine végétal fort pauvre, composé de deux oliviers, deux figuiers, un pin et une vingtaine de nerium, (un poison pour les chèvres, elles ne les mangent pas), nous avons créé une pépinière avec des graines apportées de France et des boutures récoltées sur l’île en particulier chez notre amie Claudia à Achladi.

Forts de notre expérience au Festival international des Jardins de Chaumont sur Loire et dans l’espace public, à Lille, le «Loukoum Jardin», (au nom prémonitoire), à Bahrein le Manama Museum, à Courbevoie, le square Nelson Mandela, nous avons crée plusieurs jardins. A chacun son atmosphère, ses plantes, ses couleurs… Chaque jardin a un nid pour les oiseaux.

Le «jardin des roches», est composé de plantes grasses et de cactus, figuiers de Barbarie, crassulas, kalankoés, agaves, aloes vera et aloes arborescens qui poussent dans les anfractuosités des pierres, sous le pin.

Le «jardin rouge», situé le long de l’agora, est planté de pourpiers, d’épines du Christ, de cannas rouges et de crocosmias pour se fondre avec des graminées aux sauges et aux thyms du paysage des roches.

Le «jardin des roses rose» mêle des rosiers et des géraniums de cette couleur avec des iris blancs. La vie en rose!

Le «jardin mexicain», à côté de la piscine, met en vedette les spectaculaires kalankoés de Madagascar aux feuilles de velours parmi d’autres grands cactus.

L’ «oliveraie», d’une vingtaine d’oliviers, tout jeunes sur le plateau supérieur de la propriété. Pour le moment ils s’acharnent à résister au vent mais les premières olives sont déjà là. Des perovskia bleus accompagnent leur feuillage argenté.

La «pinède des quatre pins»: l’entrée est marquée par quatre pinus pinea plantés l’été dernier. Il faudra attendre quelques années pour voir l’effet, surprise à retardement. Cela permettra d’avoir un tampon entre la rue et l’air de battage.

Nous avons rajouté des figuiers pour avoir assez de confiture pour tous. Des oliviers pour produire notre huile. Pour le miel, nous faisons confiance à Michalis de Papouri. Nous avons ajouté un peu partout des orangers et des citronniers pour leur parfum enivrant les nuits de printemps. Et, dans quelques années, on dégustera le vin blanc de notre vignoble, la cuvée «LouKouM».

La plus grande partie du terrain de 11.000 m² se trouve dans l’état d’origine, un vrai jardin botanique avec les fenouils, les phlomis, les sauges, les thyms, les origans, les figuiers de barbarie, les agaves… On s’y sert régulièrement pour parfumer notre cuisine.

Tous nos aménagements se fondent dans le paysage des collines et des vallées. Phaéton, le magnifique cheval de Madame Anna, passe parmi les roseaux… On ne peut pas le monter mais au centre équestre, à un petit kilomètre de la maison, on peut profiter d’une remise en selle ou de superbes balades.

Un tintement de clochettes signale la présence d’un petit troupeau de moutons dans les parages. Une lune en papier est allumée pour éclairer le paysage. Un calme parfait descend du ciel, tandis qu’au loin brille l’éclat de la mer…